terça-feira, 23 de abril de 2013

Assim vai a Europa! - A polémica na França sobre o casamento dos homossexuais e a adoção


Cartoon de Chappatte

O casamento entre homossexuais e a possibilidade desses casais poderem adotar crianças gerou em França uma polémica que, para muita gente, foi surpreendente. Confesso que para mim também foi.

O debate na imprensa talvez possa ser esclarecedor, ou não. Seja como for, a lei foi hoje aprovada. No que me diz respeito: ainda bem.

Que la fête commence. Après des milliers d’amendements et d’heures de débats, après des centaines de kilomètres à battre le pavé en criant «égalité», après les injures et les coups durs, ils vont pouvoir enfin susurrer «veux-tu m’épouser ?», se cogner des EVJF (enterrement de vie de jeune fille) ou des EVJG (la version garçon), se dire oui à la mairie, lancer du riz, sourire devant les photographes, faire péter la nouba, se noyer dans le champagne, se mettre sur le toit, balancer son bouquet aux invités, et pourquoi pas, se faire arracher la jarretière - ou le slip - avec les dents… Bref pouvoir enfin s’adonner à tous ces rituels neuneu. Ou pas. Et puis, qui sait, un jour divorcer. 

Sous un ciel serein, au moins à Paris, la France a affiché dimanche dans la rue l’ampleur de ses divisions autour du projet controversé de « mariage pour tous ». Les opposants au projet, deux jours avant le vote solennel au Parlement ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, ne fléchissent pas. Les dizaines de milliers de manifestants ont témoigné de leur détermination, déjà perceptible la semaine dernière lors de vifs débats dans l’hémicycle et de rassemblements quotidiens près de l’Assemblée nationale. Démonstration de force qui a fait naître un espoir : que le gouvernement renonce à appliquer la loi, comme ce fut le cas en 2006 pour le Contrat de première embauche (CPE).

Em 23 de abril, a França passou a ser o novo Estado europeu a alargar o casamento e a adoção aos casais homossexuais. Mas, ao contrário do que aconteceu noutros países, esta medida, aprovada em nome da igualdade, suscitou uma forte hostilidade, violenta em alguns casos, de uma parte da opinião pública. Uma herança da relação dos franceses com a religião.
Enviar um comentário