segunda-feira, 1 de dezembro de 2014

Escravos do século XXI - Um dossier de Isabelle Hachey - 3


La servitude pour dettes

Un recruteur débarque en camion dans un village pauvre et offre une somme d'argent aux habitants. En échange, ces derniers devront travailler dans une mine, une usine, un atelier. Pour ces villageois pauvres, l'offre est difficile à refuser. Alors, ils s'embarquent à l'arrière du camion, et partent pour une vie d'esclavage. Trompés, mal payés, ils n'arriveront pas à éponger leurs dettes, même en s'éreintant pendant des années. C'est la forme d'esclavage la plus commune, qui touche au moins 20 millions de personnes, surtout en Asie.

L'esclavage héréditaire

Ils sont nés esclaves et mourront esclaves, comme leurs parents. L'esclavage héréditaire semble tout droit sorti d'un autre âge. Pourtant, il subsiste dans de rares pays: la Mauritanie, le Niger, le Soudan. Là-bas, les esclaves n'ont aucun droit: ni sur leurs propres enfants, ni sur la propriété, ni sur l'héritage. Au contraire, les esclaves font eux-mêmes partie de l'héritage de leur maître. À la mort de ce dernier, ils seront répartis entre les membres de sa famille, au même titre que ses têtes de bétail.

La traite de personnes

Des Roumaines forcées de se prostituer à Montréal. Des enfants enlevés ou achetés par des réseaux criminels en Asie du Sud-Est. La traite de personnes, c'est le lucratif commerce d'êtres humains, souvent à des fins d'exploitation sexuelle. Au Québec, on s'imagine des migrants enchaînés au fond d'une cale de navire. La réalité, c'est que neuf victimes de traite sur dix sont québécoises. C'est la fille d'à côté, piégée, puis asservie par un profiteur sans scrupules.

Le travail forcé

On les trouve partout, des champs de cacao d'Afrique jusqu'aux champs de courses de chameau des pays du Golfe. Recrutés illégalement, ils sont forcés à accomplir de pénibles corvées dans des conditions dangereuses. On les prive d'identité, on les enferme, on les menace et on les maltraite. Ils forment ainsi une main-d'oeuvre docile, malléable à souhait. D'autant plus qu'ils sont, pour la plupart, des enfants.

Le mariage forcé

Partout dans le monde, des femmes et des jeunes filles se soumettent à leur mariage sans y consentir. Elles vivent ensuite dans un état de servitude permanente, forcées d'accomplir les travaux domestiques à la maison ou les corvées agricoles aux champs. La plupart des victimes habitent des pays conservateurs, comme le Pakistan ou l'Afghanistan. Mais le phénomène s'observe dans les communautés immigrantes au Canada. Dans un bungalow près de chez vous.

Enviar um comentário