sexta-feira, 8 de janeiro de 2016

"Lettre de Paul Verlaine à Arthur Rimbaud" - "Le petit garçon accepte la juste fessée."


Deux poètes maudits emportés par l’amour fou et tabou qui, comme une bombe, dynamite leurs vies. Après leur idylle et cauchemar (Verlaine tentera d’assassiner Rimbaud et sera emprisonné), rien ne sera plus comme avant : Rimbaud abandonnera l’écriture et deviendra un soldat défiant le désert, en quête d’une fortune improbable, et Verlaine se réfugiera dans la religion chrétienne. Leurs lettres conjuguent leur feu brûlant et leur génie poétique, et celle-ci sonne comme le calme avant la tempête…

2 avril 1872

Du café de la Closerie des Lilas.

Bon ami,

[…] Merci pour ta bonne lettre ! Le petit garçon accepte la juste fessée, l’ami des crapauds retire tout, — et n’ayant jamais abandonné ton martyre, y pense, si possible — avec plus de ferveur et de joie encore, sais-tu bien, Rimbe.

C’est ça, aime-moi, protège et donne confiance. Étant très faible, j’ai très besoin de bontés. Et de même que je ne t’emmiellerai plus avec mes petit-garçonnades, aussi n’emmerderai-je plus notre vénéré Prêtre de tout ça, — et promets-lui pour bientissimot une vraie lettre, avec dessins et autres belles goguenettes.

Tu as dû depuis d’ailleurs recevoir ma lettre sur pelure rose, et probab[lement] m’y répondre. Demain j’irai à ma poste restante habituelle chercher ta missive probable et y répondrai… Mais quand diable commencerons-nous ce chemin de croix, – hein ?

Gavroche et moi nous sommes occupés aujourd’hui de ton déménagement. Tes frusques, gravures et moindres meubles sont en sécurité. En outre, tu es locataire rue Campe jusqu’au huit. Je me suis réservé, — jusqu’à ton retour, — 2 gougnottes à la sanguine que je destine à remplacer dans son cadre noir le Camaïeu du docteur. Enfin, on s’occupe de toi, on te désire. A bientôt, — pour nous, — soit ici, soit ailleurs.

Et l’on est tous tiens.
P.V.

Toujours même adresse.
Merde à Mérat – Chanal – Périn, Guérin ! et Laure ! Feu Carjat t’accolle !
Parle-moi de Favart, en effet.
Gavroche va t’écrire ex imo.

Enviar um comentário