terça-feira, 30 de junho de 2015

"RÉFÉRENDUM EN GRÈCE : LES ÉDITOCRATES ET LA DÉMOCRATIE EN 140 SIGNES"


Sitôt l’annonce faite par Alexis Tsipras, Premier ministre grec, de l’organisation dimanche 5 juillet d’un référendum sur le plan d’austérité « proposé » par l’ex-troïka, les éditocrates eurobéats se sont déchaînés sur Twitter. Et, en amoureux de la Grèce, ils n’ont pas manqué de rendre de vibrants hommages à la démocratie, sans jamais, au grand jamais, céder à la facilité, au raccourci ou à l’invective.Démonstration avec les tweets de trois d’entre eux (Jean-Michel Aphatie, Arnaud Leparmentier et Jean Quatremer), exemples exemplaires de la tendance de certains « grands » journalistes à abandonner toute volonté d’informer avec rigueur et à oublier tout sens de la mesure lorsque les choses ne se passent pas comme ils l’auraient souhaité.

"Slow-motion tragedy for American workers"


Lung-damaging silica, other toxic substances kill and sicken tens of thousands each year as regulation falters

quarta-feira, 24 de junho de 2015

"Espionnage Élysée"


Today, 23 June 2015, WikiLeaks began publishing "Espionnage Élysée", a collection of TOP SECRET intelligence reports and technical documents from the US National Security Agency (NSA) concerning targeting and signals intelligence intercepts of the communications of high-level officials from successive French governments over the last ten years.

"A Healthy, Climate-Friendly Diet"


This December, world leaders will meet in Paris for the United Nations Climate Change Conference, where they will hammer out a comprehensive agreement to reduce carbon emissions and stem global warming. In the run-up to that meeting, governments worldwide should note one critical, but often overlooked, fact: the single biggest driver of environmental degradation and resource stress today is our changing diet – a diet that is not particularly conducive to a healthy life, either.

"O obscuro sistema legal que permite às corporações processar os estados (ISDS)"


Há 50 anos foi criado um sistema legal internacional para proteger os direitos dos investidores estrangeiros. Hoje, as companhias ganham biliões em indemnizações e os observadores admitem que o sistema já está perigosamente fora de controlo.

terça-feira, 23 de junho de 2015

Cortázar no Cinema - "Circe"


Realização de Manuel Antín

"An Interview with Bruce Jackson: American Prisoners, Death Row and Walker Evans"



Bruce Jackson was first drawn to work in prisons during the folk revival of the 1960s. Inspired by folk music collectors like the Lomaxes, he set out to capture work songs sung by African-American convicts, going first to Midwestern prisons when he was a graduate student in Indiana, and later to Texas state prisons while a fellow at Harvard. Over many years and in many prisons, he found and recorded the songs he was looking for, conversations with inmates, guards, and wardens, and thousands upon thousands of photographs.

"Haitian Migrants Face Expulsion From Dominican Republic After Last Week's Deadline"


Dominican officials have hailed their plan to regularize the immigration status of the country’s estimated 500,000 undocumented immigrants, most of them from Haiti, and vow to resume deportations after the last week’s deadline. Roughly 288,000 people registered for the plan, which offers a two-year legal migration status for those who are approved.

quinta-feira, 11 de junho de 2015

A música está de luto! - Ornette Coleman



Ornette Coleman dies at 85

"Human Rights are called universal for a reason"


For many years in Burma, a person carrying a copy of the Universal Declaration of Human Rights risked arrest and even jail. Underground human rights networks distributed copies and organised discussions on the articles it contained.

"Guerrilla Fighters of Kurdistan"


Every generation seems to grow up with the memory of at least one major war in his or her lifetime. Whether we choose to read the headlines or acknowledge the reality beyond our own everyday lives, the war that is currently underway in Iraq and Syria is one that affects us all. As a Kurdish soldier would tell me later— this conflict has been churning for centuries, but remains hidden from most of our views.

Like the rest of the world, I watched the Syrian Civil War escalate from simple protests to a full blown conflict between the Syrian regime, rebel militias, and jihadist organizations like the Islamic State and Jabat al Nusra. Ignoring the political demarcation of Syria’s borders, militant groups began to redraw their own territorial boundaries further into Iraq. Each heavy-handed stroke brought further destabilization to an already embroiled, war-torn region with deep-rooted sectarian tensions.

Seemingly without warning, Mosul— a densely populated city approximately 350 km north of Iraq’s capital of Baghdad— fell into the hands of the Islamic State, allowing the organization to capture ample amounts of American-made weapons. The militant group used this as an opportune moment to reinforce to their devout followers and Twitter-cheerleaders the rather absurd idea that some divine prophecy was at work— and an ancient Islamic Caliphate was being re-established. Leading up to this moment, the most effective fighting forces against the so-called Islamic State, or ISIS or ISIL as we see it being referred to in the press, were Shia militias with American blood on their hands, and the Peshmerga, a fighting force loyal to the Kurdistan Regional Government (KRG), which is the governing body of the Kurdish region in Northern Iraq.

In this massive game of chess, there was another distinct grassroots movement that caught my attention— Kurdish guerrilla groups known as the Kurdistan Worker’s Party (PKK), People’s Protection Units (YPG), and Women’s Protection Units (YPJ). These seemingly ragtag armies are in fact quite agile, effective and organized.

The Kurdish people number around 40 million— whose homeland is spread across vast swaths of Turkey, Syria, Iraq, and Iran. They are considered to be the largest ethnic group that do not have their own country. This is important to note, because as you’ll find out, they have something, which they believe is worth fighting for— a long-awaited independence and region to call their own.

During my initial research, I couldn’t help but notice that there were many theories as to whom these Kurdish guerrilla groups were. The foreign press often romanticized the females in their ranks as fearless warrior women, while some of my Turkish friends suggested that they were terrorists, operating more as opportunists in a bloody war. I set out to uncover the truth, or at least to better understand the nuances behind the headlines. Portrait photography has a strange way of humanizing even the most distant of situations, and that was my goal with this project.


Por Joey L


Guerrilla Fighters of Kurdistan from Joey L on Vimeo.

"Libertem o blogger Raif Badawi!"



Raif Badawi foi condenado a dez anos de prisão e a mil chicotadas, tendo sido já submetido às primeiras 50, por ter criado um fórum online de debate social e político – exija a sua libertação já!

Raif Badawi está a cumprir uma pena de 10 anos de prisão, desde maio, depois de ter criado um website para o debate social e político na Arábia Saudita. Foi acusado pela criação do fórum, intitulado "Liberais Sauditas" e por ter insultado o Islão. A sentença inclui mil chicotadas e a proibição de viajar para fora do país durante 10 anos. Ficou também proibido de aparecer ou ser citado nos órgãos de comunicação social.

As acusações reportam a artigos que Raif Badawi escreveu, criticando as autoridades religiosas da Arábia Saudita, assim como a textos escritos por outras pessoas que foram publicados no "Liberais Sauditas". Os procuradores pretendiam que fosse julgado por "apostasia" (renegação da fé), o que, na Arábia Saudita, pode levar à pena de morte.

Raif é um dos muitos ativistas na Arábia Saudita perseguidos por expressarem as suas opiniões na net. Tanto o Facebook como o Twitter são muito populares num país onde curiosamente as pessoas não podem exercer a sua liberdade de expressarem aberta e publicamente o que pensam. As autoridades sauditas responderam a este crescimento do debate online com medidas de monitorização das redes sociais e websites e até tentado proibir aplicações de comunicação como o Skype e o WhatsApp.

RIP! Christopher Lee!


Christopher Lee, Legendary Movie Villain and Horror Icon, Dies at 93

Biografia

domingo, 7 de junho de 2015

Livro Recomendado - "Veio depois a noite infame"


De Margarida Palma

"GRÈCE : PETIT GUIDE CONTRE LES BOBARDS MÉDIATIQUES"


Malgré l’ingérence et la pression des dirigeants de l’Union Européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d’en finir avec les politiques d’austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession. Dans les pays victimes de la Troïka, mais aussi dans de nombreux autres pays européens, cette victoire est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations.Mais déjà les grands médias relaient l’idée absurde selon laquelle l’annulation de la dette grecque « coûterait 600 euros à chaque contribuable français ». À mesure que les négociations vont se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s’intensifier et notre travail d’éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus décisif. Ces réponses aux idées reçues sur la dette grecque ont vocation à y contribuer.

"J'ai toujours pensé qu'il était du devoir d'un peintre de ne jamais répondre aux critiques mêmes injurieuses"


Paul Gauguin (7 juin 1848 – 8 mai 1903 ), peintre appartenant au mouvement du postimpressionisme, fut le chef de file de l’Ecole de Pont-Aven et également l’inspirateur des nabi. Considéré comme un des peintres français les plus importants du 19ème siècle, il produisit des chefs-d’œuvre tels que le « Christ jaune ». L’artiste en 1891, ruiné, s’embarque pour la Polynésie où il finira sa vie. Cette lettre adressée à André Fontainas fait office de véritable manifeste artistique.

Monsieur Fontainas,

Mercure de France, n° de janvier, deux articles intéressants : Rembrandt, Galerie Vollard. Dans ce dernier, il est question de moi ; malgré votre répugnance vous avez voulu étudier l'art ou plutôt l'œuvre d'un artiste qui vous émotionne, en parler avec intégrité. Fait rare dans la critique coutumière.

J'ai toujours pensé qu'il était du devoir d'un peintre de ne jamais répondre aux critiques mêmes injurieuses - surtout celles-là ; non plus à celles élogieuses - souvent l'amitié les guide.

Sans me départir de ma réserve habituelle, j'ai cette fois une folle envie de vous écrire, un caprice si vous voulez, et comme tous les passionnels je sais peu résister. Ce n'est point une réponse, puisque personnelle, mais une simple causerie d'art : votre article y invite, la suscite.

Nous autres peintres, de ceux condamnés à la misère, acceptons ces tracas de la vie matérielle sans nous plaindre, mais nous en souffrons en ce qu'ils sont un empêchement au travail. Que de temps perdu pour aller chercher notre pain quotidien ! de basses besognes ouvrières, des ateliers défectueux et mille autres empêchements. De là bien des découragements et par suite l'impuissance, l'orage, les violences. Toutes considérations dont vous n'avez que faire et dont je ne parle que pour nous persuader tous deux que vous avez raison de signaler bien des défauts. Violence, monotonie de tons, couleurs arbitraires, etc.

Oui tout cela doit exister, existe. Parfois, cependant, volontaires - ces répétitions de tons, d'accords monotones au sens musical de la couleur, n'auraient-elles pas une analogie avec ces mélopées orientales chantées d'une voix aigre : accompagnement des notes vibrantes qui les avoisinent, les enrichissant par opposition. Beethoven en use fréquemment (j'ai cru le comprendre) - dans la sonate pathétique par exemple.

Delacroix avec ses accords répétés de marron et de violets sourds, manteau sombre vous suggérant le drame. Vous allez souvent au Louvre ; pensant à ce que je dis, regardez attentivement Cimabuc. Pensez aussi à la part musicale que prendra désormais la couleur dans la peinture moderne. La couleur qui est vibration de même que la musique est à même d'atteindre ce qu'il y a de plus général et partant de plus vague dans la nature : sa force intérieure.

Ici, près de ma case, au plein silence, je rêve à des harmonies violentes dans les parfums naturels qui me grisent. Délice relevé de je ne sais quelle horreur sacrée que je devine vers l’immémorial. Autrefois, odeur de joie que je respire dans le présent. Figures animales d’une rigidité statuaire, je ne sais quoi d’ancien, d’auguste religieux dans le rythme de leur geste, dans leur immobilité rare. Dans des yeux qui rêvent, la surface trouble d’une énigme insondable.

Et voilà la nuit — tout repose. Mes yeux se ferment pour voir sans comprendre le rêve dans l’espace infini qui fuit devant moi ; et j’ai la sensation douce de la marche dolente de mes espérances.

Louant certains tableaux que je considérais comme insignifiants vous vous écriez ah ! si Gauguin était toujours celui-là. Mais je ne veux pas être toujours celui-là.

Dans le large panneau que Gauguin expose, rien ne nous révélerait le sens de l’allégorie, si …

Mon rêve ne se laisse pas saisir, ne comporte aucune allégorie : — poème musical, il se passe de libretto (citation de Mallarmé ­ — Par conséquent immatériel et supérieur, l’essentiel dans une œuvre consiste précisément dans ce qui n’est pas exprimé ; il en résulte implicitement des lignes, sans couleurs ou paroles, il n’en est pas matériellement constitué.)

Entendu aussi de Mallarmé devant mes tableaux de Tahiti :

Reparlant du panneau : l’idole est là non comme une explication littéraire, mais comme une statue, moins statue peut-être que les figures animales, moins animale aussi, faisant corps dans mon rêve devant ma case avec la nature entière, régnant en notre âme primitive, consolation imaginaire de nos souffrances en ce qu’elles comportent de vague et d’incompris devant le mystère de notre origine et notre avenir.

Et tout cela chante douloureusement en mon âme et mon décor, en peignant et rêvant tout à ma fois, sans allégorie saisissable à ma portée — manque d’éducation littéraire peut-être.

Au réveil, mon œuvre terminée, je me dis, je dis : D’où venons-nous, que sommes-nous ? où allons-nous ? Réflexion qui ne fait plus partie de la toile, mise alors en langage parlé tout à fait sur la muraille qui encadre ; non un titre mais une signature.

Voyez-vous j’ai beau comprendre la valeur des mots abstrait et concret – dans le dictionnaire, je ne les saisis plus en peinture. J’ai essayé dans un décor suggestif de traduire mon rêve sans aucun recours à des moyens littéraires, avec toute la simplicité possible de métier : labeur difficile. Accusez-moi d’avoir été là impuissant, mais non de l’avoir tenté, me conseillant de changer de but pour m’attarder à d’autres idées, déjà admises, consacrées. Puvis de Chavannes en est le haut exemple. Certes Puvis m’écrase par son talent, et l’expérience que je n’ai pas ; je l’admire autant et plus que vous mais pour des raisons différentes. (Ne vous en fâchez pas, avec plus de connaissance de causes). Chacun son époque. L’Etat a raison de ne pas me commander une décoration dans un édifice public, décoration qui froisserait les idées de la majorité, et j’aurais encore plus tort de l’accepter n’ayant d’autre alternative que celle de la tricher ou de me mentir à moi-même.

A mon exposition chez Durand-Ruel un jeune homme demandait à Degas de lui expliquer mes tableaux qu’il ne comprenait pas. Celui-ci en souriant lui récita une Fable de la Fontaine : « Voyez-vous, lui dit-il, Gauguin c’est le Loup maigre, sans collier ».

Voilà une lutte de quinze ans qui arrive à nous libérer de l’Ecole, de tout ce fatras de recettes hors lesquelles il n’y avait point de salut, d’honneur, d’argent. Dessin, couleur, composition, sincérité devant la nature, que sais-je : hier encore, quelques mathématiciens nous imposaient (découvertes Charles Henri) des lumières, des couleurs Immuables.

Le danger est passé. Oui nous sommes libres et cependant je vois luire à l’horizon un danger : je veux vous en parler. Cette longue et ennuyeuse lettre n’est guère écrite que pour cela. La critique d’aujourd’hui, sérieuse, pleine de bonnes intentions et instruite tend à nous imposer une méthode de penser, de rêver, et alors ce serait un autre esclavage. Préoccupée de ce qui la concerne, son domaine spécial, la littérature, elle perdrait de vue ce qui nous concerne, la peinture. S’il en était ainsi je vous dirais hautainement la phrase de Mallarmé.

Un critique ! Un monsieur qui se mêle de ce qui ne le regarde pas.

En son souvenir, voulez-vous me permettre de vous offrir ces quelques traits une minute esquissés, vague souvenir d’un beau visage aimé au clair regard dans les ténèbres. Non un cadeau, mais un rappel à l’indulgence dont j’ai besoin pour ma folie et ma sauvagerie.

Très cordialement,

Paul Gauguin


sexta-feira, 5 de junho de 2015

Vergonha! - "Eight Charged In Malala Attack Secretly Acquitted"



The Pakistani police and the country's public prosecutor said Friday that eight out of 10 militants charged with involvement in the 2012 attack on teenage activist and later Nobel laureate Malala Yousafzai were actually acquitted in April — and not sentenced to life in prison as reported at the time.The stunning announcement, which first came from Pakistan's deputy police chief, Azad Khan, offered no explanation as to why authorities had remained silent for so many weeks or why they had failed to correct the facts earlier.

"Europe’s Last Act?" - JOSEPH E. STIGLITZ


European Union leaders continue to play a game of brinkmanship with the Greek government. Greece has met its creditors’ demands far more than halfway. Yet Germany and Greece’s other creditors continue to demand that the country sign on to a program that has proven to be a failure, and that few economists ever thought could, would, or should be implemented.